La méthode Montessori :
les grands principes

methode-montessori-pedagogie-montessori

La méthode Montessori ou encore la pédagogie Montessori n’est plus à présenter. Qui n’en a jamais entendu parler ? Qui n’a pas aperçu dans les rayons de magasins pour enfants du matériel éducatif propre à cette méthode ? 

Cette forme d’appréhension de l’éducation mise au point par la pédagogue et scientifique Maria Montessori se fonde sur les lois naturelles de développement de l’homme et nombreux sont aujourd’hui celles et ceux qui appliquent ses principes fondateurs, un siècle après l’ouverture de la première école Montessori en 1907.

Mise en avant par de nombreuses études scientifiques, elle est aujourd’hui la forme de pédagogie alternative la plus utilisée en France et dans le monde entier et constitue une source d’inspiration non négligeable de certains enseignants de l’Éducation Nationale.

Alors sur quels principes fondamentaux s’appuie la pédagogie Montessori ?

Sommaire de cet article

L’environnement préparé : élément clé de la méthode Montessori

L’environnement préparé est une notion déterminante sur laquelle repose les plus grands principes de la pédagogie montessorienne. Il sous-entend l’environnement structuré, propre et rangé où évolue l’enfant et dans lequel il développe des apprentissages de sa naissance jusqu’à l’âge de 6 ans.

Les origines de l’environnement préparé

C’est lors de ses deux années passées (1896-1898) dans un hôpital psychiatrique de Rome à observer des enfants qualifiés de “débiles mentaux” que le Docteur Maria Montessori a pu mettre en avant leur véritable potentiel jusqu’alors inexploité dans un environnement qui ne leur était pas adapté.

L’élément déclencheur des travaux de Maria Montessori a été de constater que les enfants enfermés dans une pièce sans jeu ni matériel éducatif ne pouvaient en réalité être incités à apprendre quoi que ce soit.

Une scène en particulier a attiré son attention sur l’importance de l’environnement dans lequel évolue l’enfant. Alors que la pause déjeuner au sein de l’hôpital psychiatrique était sur le point de s’achever, la dame de service fit remarquer à Montessori le comportement sauvage des enfants déficients qui ramassaient les miettes de pain pour se nourrir.

Or, la future pédagogue vit en cette manière d’agir une toute autre conception : les enfants manipulaient ces miettes de pain pour assouvir leur curiosité et exploiter leur sens du toucher. Il ne s’agissait donc aucunement d’un acte à visée alimentaire.

Pour Montessori, il devient impératif de concevoir un environnement favorable au développement de l’enfant. Car c’est le manque de matériel et de toute activité pour l’enfant qui empêche son développement et par extension, son intelligence.

C’est ce qu’elle parviendra à démontrer en 1900 en faisant passer l’examen de fin d’études à soixante petits handicapés mentaux qui réussiront en surclassant même les enfants sains.

methode-montessori-environnement

Comment créer un environnement préparé selon la pédagogie Montessori ?

Un matériel varié et adapté à l’enfant

L’environnement préparé s’entend par la mise à disposition d’un matériel scientifiquement conçu pour attirer la curiosité et l’intérêt de l’enfant afin de favoriser le développement de ses sens ainsi que sa motricité

L’utilisation de différentes couleurs et de différentes formes des objets constituant l’environnement préparé est une bonne manière de faciliter l’éveil de manière ludique et la curiosité de l’enfant.

Il est aussi extrêmement important que ce matériel soit placé à la hauteur de l’enfant afin qu’il puisse pouvoir le manipuler de manière autonome.

méthode montessori matériel

L’adulte veillera par ailleurs à ce que les objets soient bien adaptés aux besoins et à la force de l’enfant pour que ce dernier puisse évoluer dans un milieu sécurisé, en toute confiance et en toute liberté de mouvement.

Cet environnement sécurisé et sécurisant va ainsi permettre à l’enfant de se sentir libre d’expérimenter par lui-même les différentes et nombreuses activités mises à sa disposition. De ce fait, il pourra par la même occasion apprendre de ses erreurs et pouvoir s’auto-corriger uniquement à l’aide du matériel.

➤ Parce qu’il aura fait l’activité “presser une éponge” et qu’il aura aussi accès à l’éponge à sa hauteur sans la demander à l’adulte, un enfant qui renverse par mégarde de l’eau aura la possibilité de nettoyer lui-même la flaque.

Un environnement ordonné

Il est important d’insister sur le fait que la pédagogie Montessori n’est pas permissive, comme on peut l’entendre bien souvent. Certes, l’enfant est autorisé à choisir l’activité qu’il veut faire ou la répéter quand et autant de fois qu’il le souhaite.

En offrant la liberté de choix à l’enfant, on lui permet de choisir ses activités en connaissance de lui-même, de ses besoins, de ses envies, de ce qui est bon pour lui.

On suscite l’intérêt de l’enfant par l’activité qui lui convient le mieux à un moment donné et on lui laisse le choix d’accéder librement à l’activité qui lui a été présentée. L’enfant fait donc un choix qui répondra à son besoin intérieur.

Mais il ne peut évidemment pas tout faire à sa guise. Son rythme et son intérêt pour telle ou telle activité sont écoutés individuellement, dans le respect d’un cadre et de règles émises pour tout le groupe.

Ce cadre établi avec des règles claires et cohérentes sont inhérentes à chaque ambiance Montessori.

Ces dernières visent notamment à bien vivre en communauté et à inculquer certaines valeurs aux enfants auxquelles Maria Montessori était très attachée, comme par exemple la bienveillance, le respect de l’autre, la liberté d’agir ou encore la patience.

C’est aussi parce que l’environnement a été au préalable intelligemment conçu et préparé qu’il aide l’enfant à adopter davantage des comportements respectueux des autres et de tout ce qui l’entoure.

pedagogie-montessori-materiel

➤ Chaque ambiance (classe) est équipée d’un matériel unique par activité afin notamment de participer à l’éveil de curiosité de l’enfant. Si un enfant choisit une activité dont le seul et unique objet nécessaire pour l’effectuer est utilisé par l’un de ses camarades, il devra alors attendre patiemment que ce dernier ait terminé avant de pouvoir s’en servir à son tour.

L’enfant comprend aussi pourquoi il est important de prendre soin de chacun des objets mis à sa disposition et de les ranger à leur place s’il veut pouvoir les retrouver au bon endroit. Ainsi, il réalise que si chaque enfant agit de la sorte, tout le monde pourra alors continuer à pratiquer cette activité dans de bonnes conditions.

Voilà l’une des règles les plus importantes de la vie en société qu’un enfant pourra intégrer facilement dès ses premiers mois de naissance et tout au long de sa vie.

De nombreuses règles et consignes pourront être acquises ainsi, à condition toutefois d’être pourvues de sens pour l’enfant et d’être appliquées par l’adulte lui-même.

La consigne doit être claire, concise et l’enfant doit pouvoir facilement la mettre en pratique. Sinon, il ne pourra pas comprendre pourquoi il est si important de la respecter.

➤ Par exemple : l’enfant sait qu’il doit chuchoter pour de ne pas perturber la concentration des autres enfants autour de lui. Il sait aussi que lorsqu’il est au travail, il a lui aussi besoin de calme pour rester concentré. Ce silence est d’autant plus nécessaire à l’adulte et au reste du groupe pour se faire entendre sans devoir dépasser un certain volume sonore.

Pourquoi créer un environnement préparé ?

La préparation minutieuse de l’environnement permet de faire interagir les enfants entre eux mais aussi de pouvoir acquérir une confiance en soi.

Comme il se sent à l’aise dans cette atmosphère paisible et qu’il est libre de ses mouvements, l’enfant peut alors développer ses compétences sensorielles, sociales ainsi que sa motricité fine et globale.

En choisissant ses propres activités, l’enfant exprime déjà un intérêt particulier pour certaines ères d’apprentissages et est ainsi plus disposé à se concentrer longtemps sur les gestes à effectuer ou sur le raisonnement à adopter.

Cette capacité de concentration est pourtant bien souvent sous-évaluée par manque d’observation de l’adulte. Montessori disait pourtant qu’une “activité réalisée par la main et guidée par l’intelligence est la seule qui puisse générer une telle force de concentration.”

La notion d’esprit absorbant

Il est d’autant plus important de veiller à la qualité de l’environnement puisque l’enfant dispose jusqu’à l’âge de 6 ans d’un esprit absorbant.

Cette notion, développée par Maria Montessori dans son ouvrage “L’esprit absorbant de l’enfant” paru en 1949, induit la capacité de l’enfant à intérioriser de manière inconsciente et donc sans effort ce qu’il voit, ressent et entend autour de lui.

Il absorbe telle une éponge le maximum d’informations présentes dans son environnement.

methode montessori - materiel

➤ Jusqu’à 6 ans, un enfant qui grandit dans un environnement francophone comprendra et assimilera la langue française de manière naturelle tandis que l’enfant israélien maîtrisera l’hébreu avec tout autant d’aisance.

Il devient alors intéressant d’enrichir autant que possible cet univers pour pouvoir lui donner toutes les clés afin qu’il puisse se construire et s’épanouir de manière autonome et comprendre le monde qui l’entoure. 

Au-delà du langage, l’enfant va aussi par son sens de l’observation raffiner certains gestes, les répéter aussi par lui-même pour finir par les maîtriser et que cela devienne un automatisme.

Les principes de liberté dans la pédagogie Montessori

“Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il fasse ce qu’il voudra, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement”.

L’éducateur Montessori ou l’aide utile à l’enfant

Si l’enseignant est habituellement l’acteur principal dans le système scolaire traditionnel, son rôle est totalement repensé en ce qui concerne la pédagogie de Maria Montessori. L’éducateur est ici un véritable guide pour l’enfant qui observe beaucoup et qui se tient en retrait pour laisser l’enfant explorer l’environnement et expérimenter par lui-même selon son besoin du moment et son intérêt, tout en se tenant à sa disposition si ce dernier en ressent le besoin. L’adulte doit être neutre envers les enfants et veiller à adopter un comportement bienveillant avec eux. Il est encouragé à employer un ton respectueux, une voix posée et un vocabulaire riche et surtout à faire preuve de patience et d’empathie. Cela lui évitera ainsi de se heurter aux “états inconscients” de l’enfant (terme employé par Montessori faisant référence aux émotions fortes de l’enfant, aux peurs excessives, ou encore aux mensonges, aux insomnies). Il faut bien comprendre que l’enfant est un être sensible. Pour favoriser son développement il faut ainsi prendre le temps de le comprendre dans son unicité, dans son rythme, dans sa découverte du monde, au lieu d’intervenir sans cesse pour faire à sa place, pour soi-disant gagner du temps et éviter l’erreur. Cela entrave sa volonté et cela empêche l’enfant d’apprendre à faire seul.  L’éducateur qui veut apporter une “aide utile” à l’enfant doit donc se demander ce qu’il doit arrêter de faire, plutôt que ce qu’il doit faire.  Il existe une véritable confiance mutuelle entre l’enfant et l’éducateur qui constitue un socle solide sur lequel l’enfant doit pouvoir s’appuyer pour s’exercer. L’adulte peut montrer à l’enfant une fois comment faire une activité, puis l’inviter à le faire à son tour, seul, même si le geste n’est pas parfait au début. L’observer et remontrer plusieurs fois à l’enfant est toujours envisageable. L’éducateur va se retenir d’intervenir verbalement en utilisant plutôt son regard et ses mains pour communiquer avec l’enfant, pour l’encourager à persévérer ou au contraire l’inciter à essayer autrement. Il peut lui rappeler que s’il a besoin, il sera disposé à l’aider.  Enfin, l’éducateur aura tout son rôle à jouer puisqu’il devra être très attentif aux comportements de l’enfant pour déceler les “périodes sensibles”, moments clés propices à certains types d’apprentissages.

Les périodes sensibles ou l’apprentissage au rythme de chacun

"La clé de toute la pédagogie se trouve certainement en ceci : savoir reconnaître les instants précieux de la concentration, pour les utiliser dans l’apprentissage.”

Les périodes sensibles sont des moments cruciaux et irrésistibles dans la vie de l’enfant durant lesquels il est le plus apte à acquérir une compétence particulière et cela, sans effort notable. Les neurosciences ont d’ailleurs étudié ce phénomène.

L’enfant aurait une capacité à effectuer de nombreuses connexions entre les neurones en raison de sa “plasticité cérébrale”, le cerveau étant en période de construction et en quelque sorte “malléable”. 

➤ Ainsi, alors qu’un adulte devrait redoubler d’efforts pour apprendre une nouvelle langue, l’enfant, lui, grâce à son esprit absorbant, aura durant cette période sensible au langage une facilité déconcertante pour l’assimiler, du moins avant l’âge de 6 ans. Quand cette période sensible est passée, l’enfant devra apprendre la langue en question comme le ferait un adulte.

Les périodes sensibles permettent de comprendre l’importance de respecter le rythme d’apprentissage de l’enfant et la spécificité de chacun (chacun a son propre vécu, son propre caractère, ses besoins et intérêts propres).

Ce n’est que lorsque l’adulte ou l’éducateur aura remarqué un intérêt envers un type de compétence que l’enfant sera considéré comme prédisposé à un nouvel apprentissage.

S’il rate cette période, l’enfant perdra son enthousiasme et sa curiosité ce qui sera moins favorable à son apprentissage.

D’où l’importance de les nourrir suffisamment au bon moment.

methode-montessori-periode-sensible

Le Dr Montessori a décompté 6 périodes sensibles qu’elle classe comme suit : 

De la naissance à 6 ans : L’ordre.
Pour Maria Montessori, l’enfant est très sensible à l’ordre naturellement, car il contribue à créer des
repères qui l’aideront à se construire. L’ordre permet à l’enfant de s’orienter. Ainsi, un désordre extérieur peut créer un désordre intérieur chez l’enfant, qui se traduira par des pleurs ou un malaise lorsqu’il ne reconnaîtra pas son environnement.
Exemple : lorsqu’un adulte garde son manteau à l’intérieur.

Cet amour de l’ordre au quotidien se traduit donc de plusieurs façons :

    • L’environnement : l’enfant sera sensible aux objets, à leur place et au rangement de la pièce autour de lui. Il va tenter de comprendre son environnement et classer, ordonner chaque chose à un emplacement précis pour lui donner un sens.
    • Les activités : organiser une routine avec les mêmes activités au même moment permettra à l’enfant de nourrir son besoin d’habitudes afin d’apprendre à se connaître lui-même.
    • Les postures : l’enfant sera aussi sensible aux positions, lors des activités, du bain, des gestes du quotidien, certaines pouvant évoquer de mauvais souvenirs et déclencher parfois des crises de larmes ou des angoisses.

Entre 2 ans et 4 – 5 ans : l’apprentissage du langage.
Exemple : n’importe quel enfant peut apprendre naturellement le français, l’arabe ou le chinois en fonction de son immersion dans un environnement.

Entre 18 mois et 4 ans : la coordination des mouvements où l’enfant prend conscience de ses gestes qui étaient quasi involontaires. Au début, l’enfant se meut instinctivement, puis il y met une intention et développe peu à peu des gestes mus par sa volonté. Il utilise pour cela ses mains (travail de sa motricité fine) et apprend à se mettre debout et à se déplacer (travail de sa motricité globale).
Exemple: il existe une vraie synergie entre l’intelligence, la volonté et le mouvement de l’enfant lorsqu’il se saisit de l’objet qu’il voit.
Le mouvement lui permet d’agir sur son environnement et de construire sa pensée. 

Entre 18 mois et 5 ans : le raffinement sensoriel.
La vue, le toucher, l’odorat, le goût et l’ouïe vont grandement participer au développement de l’intelligence de l’enfant car c’est par les sens qu’il appréhende l’environnement.

Exemple : il mettra par exemple un mot sur une émotion et sera capable d’associer une odeur à un élément.

A partir de 2 ans : la période sensible des petits objets où l’enfant fait preuve d’une attention toute particulière aux moindres détails de son environnement.
Exemple : la fierté de l’enfant qui trouve un minuscule gravillon.

Entre 2 ans et demi et 6 ans : la période sensible du développement social où l’enfant cherche à appartenir à un groupe, à se conformer, et par mimétisme, il s’approprie les comportements qu’il observe pour appréhender son rôle dans la société.
Exemple : lorsqu’il joue “au papa et à la maman”, l’enfant s’amuse à reproduire ce qu’il observe dans le comportement de ses parents.

“Apprends-moi à faire tout seul” ou l’autonomie de l’enfant

Dans une ambiance Montessori, l’enfant apprend à être autonome dès son plus jeune âge et ce, parce qu’il en ressent le besoin et qu’il a pour ainsi dire des “demandes d’autonomie”.

Il est animé d’un profond besoin d’expérimenter par lui-même et de faire tout seul, sans l’aide de l’adulte.

L’une des forces de cette pédagogie est qu’à mesure que l’enfant s’exerce et acquiert la maîtrise d’une activité, le matériel lui permet de reconnaître lui-même son erreur pour s’auto-corriger.

L’enfant doit d’ailleurs passer par ses erreurs pour apprendre et persévérer avec la volonté qui l’anime pour mieux faire par la suite.

C’est pourquoi il n’existe pas de système de sanctions, d’évaluations notées ni positives ni négatives car l’enfant agit pour lui, sans être en compétition avec les autres enfants du groupe, il agit pour acquérir une compétence, pour construire son intelligence et se développer, et pour parvenir lui-même à son but et apprend à coopérer.

Bien évidemment, l’adulte sera toujours à sa disposition pour lui montrer à nouveau les gestes et pour l’encourager au bon moment.

methode montessori - materiel

Les tranches d’âges mixtes d’une ambiance Montessori

Si les enfants sont regroupés par tranches d’âge de 3 ans d’intervalle, il existe bel et bien une coopération et une importante interactivité entre les enfants plus jeunes et les plus âgés.

Ainsi, lorsqu’un enfant plus âgé a appris à maîtriser une activité qu’on lui a déjà présentée, il peut lui-même apporter son aide aux plus jeunes de l’ambiance.

Cette entraide est très favorable au groupe : elle nourrit l’estime de soi du plus âgé et le responsabilise, puisqu’il devient un modèle et un guide à son tour pour le plus jeune enfant qui bénéficie de son aide.

Au fil des années, chaque enfant adopte un rôle différent qui nourrit son développement.

Conclusion

La pédagogie Montessori est un nouveau regard porté sur l’enfant. On parle d’ailleurs de philosophie Montessori, d’approche humaniste et optimiste car elle repose avant tout sur une volonté de comprendre les besoins de chaque enfant et de les respecter, de libérer son potentiel pour qu’il puisse devenir un être épanoui et pleinement autonome

Pour cela, une pleine confiance en l’enfant, une organisation réfléchie de son environnement, une observation attentive et objective et sa pleine liberté de mouvement doivent lui être attribuées pour lui assurer le développement le plus naturel possible.

De nombreux témoignages affirment les bienfaits de la méthode Montessori sur la créativité et l’adaptation de l’enfant lors d’un passage aux cycles supérieurs d’apprentissage.

Chaque année, de nombreux enfants sont scolarisés dans des écoles Montessori ou des écoles qui s’inspirent de la pédagogie Montessori.

Ainsi, parmi les 113 nouvelles écoles indépendantes créées à la rentrée 2019, 40% appliquent la pédagogie Montessori.

Et si ces établissements ne sont pas toujours accessibles aux familles, il est tout à fait possible d’appliquer les grands principes à la maison avec du matériel Montessori à petit prix et fait maison ou simplement en s’engageant personnellement et en appréciant la portée cette approche éducative. 

Les auteurs

Éducatrice Montessoricoach parentale et animatrice d’ateliers Faber & Mazlish, j’aime profondément partager et transmettre mes découvertes autour de l’éducation positive !

Quel plaisir de pouvoir accompagner les enfants à devenir des êtres autonomes ! J’ai aussi à cœur de guider les parents pas à pas dans la construction de leur relation avec les enfants.

Claire

Rédactrice web, je suis passionnée de voyages. J’aime apprendre et découvrir de nouvelles cultures (et leurs gastronomies) ! D’esprit polyvalent, je m’adapte à tout et suis toujours partante pour de nouvelles aventures !
Pauline

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

D'autres articles sur le même sujet...

Indiquez votre e-mail pour recevoir directement dans votre boîte mail des astuces et articles sur Montessori, la parentalité positive, la communication bienveillante, et plein d'autres merveilles encore !

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

“parentsetenfantsepanouis.fr” participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation publicitaire conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

3 habiletés pratiques pour vous aider à mieux communiquer avec vos enfants !

Vous allez adorer ! Indiquez votre e-mail et recevez 3 e-mails (1 chaque jour) vous expliquant concrètement ce que sont ces 3 habiletés. Vous pourrez les mettre en pratique rapidement, résultats garantis !

éducatrice Montessori - Claire Teyras